Lovelorn Dolls - Japanese Robot Invasion

Style : rock/metal - Note : 15/20

Un énorme chat poulpe avec des chauves-souris dans les yeux en guise de cover… il n’en fallait pas plus pour aiguiser ma curiosité au sujet du deuxième album des Belges de Lovelorn Dolls. Dès les premières notes, le style rock/metal teinté d’electro se déploie, mais j’avoue avoir eu un peu peur : le Happy Valentine d’ouverture étant un peu mollasson, malgré un refrain sympathique. Heureusement, on enchaine ensuite avec The thrill, beaucoup plus catchy. Au fil des titres, on ne peut que remarquer l’évolution clairement électro du groupe, même si les guitares rock ou metal demeurent tout de même importantes. Si le début de l’album peut paraitre assez banal, bien qu’agréable, on arrive vite à de réelles compositions originales comme Japonese Robot Invasion, une sorte de punk indus kawai ou Blood Moon avec son contraste intéressant entre des petits sons cristallins et la voix de Kristell, suave et dangereuse à la fois. En fait, les chansons ont un petit côté The birthday massacre, avec leurs sonorités indus, mêlées de pop ce qui rend le tout souvent dansant. Long Awaited Kiss, quant à lui, m’a rappelé, au niveau des lignes de chant du pont, une chanson connue des années 90 (mais impossible de remettre un nom dessus, si ce n’est un bout de paroles « a reason why ») et l’éthéré Jasmina m’a ramenée à la bonne époque de Kidneythieves et son Zerospace. On notera également la reprise de The cure, Just Like Heaven dans un style assez léger et doux. Une jolie interprétation qui sait se détacher de l’originale sans la dénaturer non plus.

Je parlais de Kristell. Ici et là, elle s’essaie à des expérimentations proposant des voix à l’aspect plus rudes, qui collent bien aux côtés électroniques des compostions, tout en montrant que son spectre musical est bien plus large que son habituel chant clair.

Avec cet album, Lovelorn Dolls affirment son univers et sa personnalité, à la fois pop et metal, sombre et joyeux.

Like a spirit in the air
I escape from your nightmare
In the night, the cherry moon
I run naked in the woods