H'elles on stage V

Jour 1

J’arrive avec un peu de retard et n’assiste qu’à deux chansons d’Evenpath. Un peu dur de juger une prestation dans ces conditions. La musique parait plus pêchue que sur CD et Sarah dégage une bonne énergie sur scène. Cependant, il m’a semblé l’avoir déjà vu plus en forme, surtout au niveau vocal où elle paraissait un peu plus fatiguée. Peut-être l’effet  fin de set ? Les photos

Vient ensuite Heliantha. La chanteuse est particulièrement agréable à voir et entendre avec sa magnifique tenue, sa jolie voix et sa prestation théâtrale assez vivante. Cependant, j’avoue n’avoir pas tellement accroché à la musique, entre sympho et prog mais qui m’a semblé manquer un peu d’efficacité et de peps. De plus, le son du micro semblait parfois un peu faible, ce qui est dommage. Les photos

L’ambiance change un peu avec la venue de Fenrir. Tous les musiciens sont maquillés et portent des kilts, la chanteuse a son violon. Pas de doute, la musique va se faire plus folk. Ce soir le groupe au nom nordique jouera davantage de titres celtiques. La chanteuse peine un peu au début à chauffer le public, mais au fil des chansons une ambiance bon enfant et assez festive tombe sur la MJC. Bien sûr on sent une certaine timidité, mais ne doutons pas que celle-ci s’atténuera avec l’expérience.Les photos

C’est au tour d’Ex-Libris d’investir les lieux et là, au bout de quelques secondes, c’est la claque ! Tout d’abord, côté musique, le groupe propose un metal symphonique et progressif très bien exécuté. On sent un professionnalisme évident qui tranche avec nos petits groupes de début de soirée (mais n’y voyez pas un reproche, tout groupe a un jour été « débutant »). Ensuite, il y a la chanteuse. Sa voix est splendide et la demoiselle arrive à nous offrir quelques prouesses vocales assez impressionnantes. Elle évolue dans un style lyrique mais sans avoir le côté pompeux et un peu ennuyeux qu’on retrouve chez pas mal de chanteuses. Son interprétation est aussi excellente, à la fois très vivante et théâtral, pleine d’énergie et de bonne humeur. En fait, elle a un charisme dingue, en plus d’être très douée, et je pense qu’une grande partie du public masculin est tombé sous son charme. Ex-Libris, un groupe  dont je vais vite réécouter l’album !Les photos

Enfin, Kells arrive. Comme d’habitude, le groupe nous propose un show survitaminé, presque sauvage avec une Virginie qui tournoie et saute partout tout en chantant d’une voix puissante et toujours juste, que ce soit en chant clair comme en growls. C’est l’occasion aussi de découvrir leur nouveau batteur, qui le temps d’un solo nous montrera toute l’entendue de son talent. Ce soir, nous auront droit principalement à des morceaux d’Anachromie et quelques-uns de Lueurs. Je regrette un peu de ne pas avoir entendu un vieux titre mais il faut aussi sans doute laisser le temps au nouveau membre d’apprendre toutes les compos. Petites surprises du jour : Jano qui revient pousser la chansonnette pour Lueur et Nuances et le duo de La sphère… avec non pas Candice, mais Sarah de Evenpath. Encore une fois, le public est conquis et se prête au jeu, headbangant, chantant ou même s’asseyant lorsque Virg le demande. Encore une fois, Kells nous offre du grand spectacle nous prouvant sa place de « valeur sûre » de la scène metal.les photos

Une première soirée qui commence donc doucement pour se finir en beauté. Le son était globalement très bon et l’air de la salle beaucoup moins étouffant que lors du dernier concert auquel j’avais assisté.

Jour 2 

J’arrive un peu tard loupant Dreamslave et Elferya. La salle est déjà bondée. Il y a beaucoup plus de monde qu’hier et il fait assez chaud.

Céphée Lyra sera donc le premier groupe pour moi. Je les ai déjà vus plusieurs fois en live et force est de constater que les Chamberois prennent de plus en plus d’assurance. Ils nous jouent des titres de leur album mais aussi des nouveautés qui ont l’air assez prometteuses. J’apprécie toujours autant la voix de Maud, diversifiée et un peu grave par contre j’ai trouvé que sa prestation, bien qu’énergique voire rock’n’roll, était parfois un peu « too much ». Autre bémol, le son, quand même moins bon que la veille. Les photos

Vient ensuite Asylum Pyre. J’étais assez curieuse de découvrir la nouvelle chanteuse et je n’ai pas été déçue tant au niveau vocal que scénique. Par contre, le son était assez mauvais, avec des larsens et autres petits problèmes techniques assez désagréables. Niveau musique, le groupe a joué surtout les morceaux issus du nouvel album (que je ne connais pas du tout). J’ai donc eu un peu de mal à accrocher sachant que le groupe pratique un metal mélodique assez riche et qu’il m’avait fallu plusieurs écoutes pour apprécier réellement leur premier album. J’espère donc les revoir une fois que j’aurai pu me familiariser avec leurs nouvelles chansons. Les photos

Lovelorn Dolls, anciennement Lovelorn, est le groupe que je voulais vraiment voir ce soir, car j’apprécie beaucoup leur « dark rock alternatif ». Là encore, je n’ai pas été déçu. Les musiciens s’installent, tous en chemise blanche et cravate rayée, suivis de Kristell et sa robe de poupée. Une ambiance à la Tim Burton se déploie puis le show commence réellement. Il faut avouer que les titres sont quand même plus catchy que sur l’EP et que c’est un vrai plaisir de voir autant d’énergie « rock » sur scène. Le morceau Little Princess Euphorya par exemple, assez tranquille sur cd, se révèle un vrai tube bientôt chanté en chœur par le public. J’ai aussi beaucoup apprécié le nouveau titre Purple Light avec son petit côté indus. En cours de route, Kristell change de tenue et abandonne sa robe pour un t-shirt et un short, continuant le show en front woman accomplie. Le groupe jouera aussi une chanson en français « aux dieux » et une reprise de Depeche Mode « in your room ».  Finalement le concert s’arrête trop tôt à mon goût et je me dis qu’il faut vraiment que j’écoute l’album quand il sortira ! (D’ailleurs, j’ai passé la journée du lendemain avec Euphorya tournant en boucle dans ma tête). Les photos

Changement d’ambiance avec Dalriada, ses peaux de bêtes et ses instruments folkloriques. La musique, bien que classée folk metal, est assez riche en sonorités et le public réagit très bien. Peu à peu un pogo se forme dans la fosse. Je ne connaissais ce groupe que de nom, c’est donc une bonne petite découverte. Les photos

Après une longue attente, Arkona monte enfin sur scène. J’étais assez sceptique sur le fait de choisir ce groupe comme tête d’affiche : grossière erreur. Le public est bel et bien là ce soir. C’est seulement un autre public que pour les groupes de metal à chanteuse habituels, mais j’y reviendrai. Là encore des musiciens avec peaux de bête et des instruments traditionnels et puis Masha. Petite blondinette toute frêle, elle fait son entrée… et se déchaine comme une diablesse sur son tambour avant de pousser ses growls dans le micro. Le contraste entre son apparence et son énergie sauvage est à la fois impressionnant et assez marrant. La prestation du groupe se fait d’emblée intense et brutale… Et je dois dire que le public l’est tout autant – ce qui est là nettement moins fun. Un pogo géant s’est établi et certaines personnes sont bourrées. Après avoir été écrasée contre la scène, avoir reçu des coups par derrière, et manqué de me prendre le pied de micro et la godasse de la chanteuse dans la figure, je décide de quitter le devant des réjouissances. Dans la salle, l’atmosphère est de plus en plus suffocante et la chaleur monte. Bien qu’Arkona nous offre un show d’une grande qualité, je ne reste pas jusqu’au bout. Les photos

Une soirée qui a eu des petits loupés mais la qualité musicale était au rendez-vous.

Pour conclure sur ces deux jours de festival, je dirais que les Females ont encore fait preuve de professionnalisme. J’attends la prochaine édition avec impatience, et j’espère que la sélection sera encore plus diversifiée. En effet, cette année était très sympho/prog et folk et c’est finalement les groupes Kells et Lovelorn Dolls qui ont donné un petit souffle de modernité à l’ensemble, et qui ont rompu le côté trop homogène qui aurait pu s’installer.